Le behaviorisme
Elaborée le 9/12/2005 par SlipKo ?n


Plutôt que de pondre une « théorie » basée sur des détails ou des faits isolés de la série, j’ai tenté de me documenter un maximum (sites web, livres) et d’apporter des pistes de réflexion pour essayer de comprendre ce qui se passe sur l’île...

L’initiative Dharma

Tout commence en 1970, par la création de l’initiative Dharma par Gérald et Karen Degroot, deux thésards de l’université du Michigan. Le nom « Dharma » est inspiré de l’« équilibre du Dharma » en Hindouisme. Leur objectif est de créer un centre de recherche à grande échelle afin d’améliorer la condition humaine. Leur beau projet philantropique sera en grande partie financé par la fondation Hanso], qui depuis de nombreuses années, finance des projets de recherche sociale et scientifique.

Quelques années plus tard, des chercheurs de Dharma ont tourné leur attention vers une île volcanique du pacifique sud et ont vu dans ce territoire vierge l’endroit rêvé pour y établir un centre de recherche dans lequel ils pourraient effectuer leurs expériences en toute liberté, loin des regards indiscrets du reste du monde. Cette île est en effet un terrain d’expérimentation idéal et ses propriétés éléctromagnétiques uniques constituent un très grand intérêt pour les scientifiques.

Grâce aux aides financières de la fondation Hanso, le groupe Dharma peut enfin concrétiser son projet de centre de recherche. Ils se rendent sur l’île et y construisent six stations, six laboratoires de recherche répartis à différents endroits de l’île, chacune spécialisée dans un domaine de recherche différent :

Station 1 : Psychologie
Station 2 : Para-psychologie
Station 3 : Electromagnétisme
Station 4 : Zoologie
Station 5 : Météorologie
Station 6 : Utopie sociale

Cette répartition reste hypothétique bien sûr. Seules la station 3 (le cygne) consacrée à l’éléctromagnétisme et celle consacrée à la zoologie ont déjà été montrées dans les épisodes de la saison 2, ainsi que leur logo. Etant donné que ces stations sont alimentées en courant éléctrique, on peut supposer qu’elles sont reliées entre elles par un réseau souterrain de cables éléctriques. Les six stations sont donc peut-être reliées à un « centre de contrôle », à la manière d’un réseau en étoile.

Le behaviorisme

Pour avoir une idée générale des objectifs premiers de l’initiative Dharma, il faut aller chercher dans les idées qui ont inspiré ses fondateurs. D’après le film « Orientation », ces idées sont celles de B.F. Skinner, l’un des psychologues les plus renommés et à la fois l’un des plus controversés du 20e siècle. Il est considéré comme étant le fondateur du behaviorisme.

Le behaviorisme (ou comportementalisme) est un courant de pensée en psychologie qui vise à appliquer les connaissances de la science au comportement humain, afin de mettre au point une science appliquée du comportement. Selon le behaviorisme, le comportement humain ne dépend pas des états intérieurs, de la conscience et des sentiments, mais bien de l’environnement dans lequel l’humain évolue ! Pour étudier scientifiquement le comportement des organismes vivants, il faut donc étudier leurs relations avec l’environnement. L’apprentissage dans le monde animal offre d’ailleurs un terrain de recherche privilégié, dans la mesure où il se prête à l’expérimentation (d’où le choix de l’île).

L’un des ouvrages les plus parlant de B.F. Skinner en rapport avec Lost, est sans aucun doute « Par delà la liberté et la dignité » (1971), ouvrage dans lequel il expose ses conceptions de l’homme et de la science. En voici la préface :

« Pour Skinner, il faut aborder plus efficacement le comportement humain pour pouvoir faire face aux problèmes terrifiants dans le monde d’aujourd’hui. Les notions traditionnelles de liberté et de dignité doivent être radicalement repensées. Au lieu de plaider pour la liberté et la dignité de la personne, nous devons plutôt porter notre attention sur l’environnement physique et social dans lequel les gens vivent. C’est l’environnement qu’il faut changer, plutôt que l’homme lui-même.

Une technologie du comportement capable de résoudre nos problèmes en changeant le monde dans lequel les gens vivent, pose à son tour, des questions inquiétantes. Les hommes deviendront-ils des robots ? Ou des victimes ? Ou des spectateurs passifs ? Qui planifiera le meilleur des mondes de l’avenir ? Pouvons-nous compter sur la bienveillance du planificateur, ou une technologie du comportement débouchera-t-elle inévitablement sur une nouvelle forme de tyrannie ? »

L’un des objectifs du groupe Dharma est donc de mettre au point une science appliquée du comportement (l’équivalent de la biologie ou de la physique mais pour le comportement humain), en observant ses mécanismes dans des conditions contrôlées. Selon le behaviorisme, l’environnement (l’île dans le cas présent) joue un rôle actif dans la détermination du comportement.

« Une analyse expérimentale du comportement offre des avantages comparables. Quand nous avons observé les mécanismes du comportement dans des conditions contrôlées, nous pouvons plus aisément les retrouver à l’œuvre dans la vie réelle. »

Le choix de l’île n’est évidemment pas innocent. C’est l’endroit idéal pour aménager un environnement dans lequel l’individu acquiert rapidement un comportement efficace et continue à l’exploiter.

« La punition est très courante dans la nature, et nous apprenons beaucoup de choses sous son action. L’enfant qui court trop vite trébuche et se blesse ; s’il touche une abeille, il se fait piquer ; s’il retire l’os à un chien, il se fait mordre ; et il apprend à ne plus recommencer. C’est essentiellement pour éviter diverses formes de punitions naturelles que l’homme a construit un monde plus confortable et moins dangereux. »

Cette citation illustre bien le choix de l’initiative Dharma d’expérimenter son utopie sociale sur l’île. Les personnes qui participent à l’expérience sont soumises à un environnement plus ou moins dangereux, dans lequel ils apprennent mieux à acquérir un comportement efficace. A noter que le choix d’un enfant pour ce type d’expérience est tout indiqué car il a tout à apprendre et se retrouve plus facilement sous le contrôle de son environnement.

Un autre ouvrage assez proche du premier et également très parlant de B.F. Skinner est à retenir : « Walden 2 - communauté expérimentale » dont voici la préface :

« Walden 2, une communauté expérimentale, est un roman utopique écrit en 1948 par B.F. Skinner, chercheur américain en science du comportement, qui fut l’un des auteurs les plus importants de la psychologie expérimentale au 20ème siècle. Dans ce roman, il décrit une communauté reposant sur un mode de vie idéal construit à partir des connaissances scientifiques sur le comportement humain. Le principe majeur de la démarche est d’expérimenter scientifiquement pour déterminer les meilleures options dans l’établissement des règles sociales, économiques et politiques. »

Pour Skinner, si on veut construire une communauté utopique, il faut connaître le mécanisme, les lois qui déterminent le comportement. Dans la mesure où les comportements dépendent de l’environnement, la question est donc de savoir quel environnement il faut construire pour obtenir une société utopique.

« Pourquoi ne pas réunir une poignée de gens et créer quelque part un système social qui fonctionnera vraiment ? À bien des égards, la manière dont nous vivons aujourd’hui est complètement absurde. Pourquoi ne pouvons-nous rien faire pour y remédier ? Pourquoi ne nous entêtons-nous pas à faire quelque chose pour y remédier ? »

Cette citation illustre à nouveau très bien le projet utopique de l’initiative Dharma. Les behavioristes partent du constat que la science et la technologie ont changé le sort de l’humanité dans de très nombreux domaines en quelques siècles, et que le seul domaine dans lequel les humains sont exactement pareils depuis des siècles et des siècles, ce sont leurs comportements, parce que c’est le seul domaine dans lequel on n’applique pas les connaissances de la science.

Plus d’infos :

http://perso.wanadoo.fr/arts.sombres/WALDEN2.HTM http://perso.wanadoo.fr/arts.sombres/skinner_societe.htm

Parallèle avec Lost

Maintenant, voici quelques hypothèses à propos de Lost :

A la base, l’initiative Dharma est bel et bien une organisation à but philantropique et sa vision utopique d’un monde meilleur repose sur de bonnes intentions. Quelques temps après avoir établi leur centre de recherche sur l’île, débuté leurs expériences et fait des découvertes intéressantes, ils en ont perdu le contrôle. Ou plus exactement, quelqu’un d’autre en a pris le contrôle ! Et aujourd’hui, le projet Dharma tel qu’il avait été conçu au départ n’est plus qu’un champs de ruine et a totalement changé d’orientation.

Qui aurait pris le contrôle du projet Dharma ? D’après moi, il s’agit de la fondation Hanso ! C’est eux qui ont financé le projet. D’après le film « Orientation » et le site de la fondation Hanso, Alvar Hanso n’est autre qu’un magnat de la munition, qui a longtemps fourni en armes des mouvements de résistance durant la seconde guerre mondiale. Est-ce qu’un homme comme lui financerait des projets de recherche scientifique et sociale uniquement par philantropie ? Ca m’étonnerait fort.

Il suffit de jeter un coup d’œil rapide sur les projets de recherche mentionnés sur le site web de la fondation Hanso :

http://www.thehansofoundation.org

Life-Extension Project : projet visant à augmenter l’espérance de vie.
Electromagnetic Research Initiative : recherches en éléctromagnétique.
Quest for Extra-Terrestrial Intelligence : recherche de l’existence d’une intelligence extra-terrestre.
Mathematical Forecasting Initiative : prévisions mathématiques.
Cryogenics Development Imperative : étude de l’utilisation des substances à de très basses températures.
Juxtapositional Eugenics Development Institute : recherches en ingénierie génétique.
Accelerated Remote Viewing Training Facility : centre d’entraînement de perceptions extra-sensorielles (parapsychologie).

Il me paraît clair que des projets d’une telle nature financés par un fabricant de munitions n’ont rien de philantropique. Ce qu’à fait la fondation Hanso en réalité, c’est financer leurs propres projets en profitant du bien fondé de l’initiative Dharma et de ses idées utopiques et philantropiques. Puis elle en a pris le contrôle afin de pousser plus loin les expériences et explorer des domaines de recherche bien plus sujets à des questions éthiques. Au final, l’initiative Dharma n’est plus que la partie visible de l’iceberg ! Elle n’est plus qu’une simple façade. La fondation Hanso a utilisé l’initiative Dharma comme couverture, pour pouvoir mener ses propres expériences sans la moindre barrière ! On ne sait pas encore quel est le but de ces expériences, mais ça a plutôt la couleur d’une quête de pouvoir et de domination...

Depuis la prise de contrôle des expériences par la fondation Hanso, certaines stations de l’île ont alors totalement changé de fonction. La station 3 qui a l’origine servait de laboratoire de recherche en éléctromagnétique, est désormais consacrée aux recherches sur le comportement humain, au même titre qu’une cage dans laquelle on observe le comportement des rats.

L’ordinateur de la station 3 en est un exemple : on fait croire à un individu (appelons-le Desmond par exemple) que l’île est en quarantaine et qu’une catastrophe se produira s’il n’entre pas un code toutes les 108 minutes. S’il y avait vraiment un risque de catastrophe, ça ne serait pas très prudent de laisser ce risque entre les mains d’une personne derrière un ordinateur. Il aurait suffit que Desmond reste trop longtemps endormi ou qu’il fasse une faute de frappe à la dernière seconde pour qu’une catastrophe se produise ? Ca m’étonnerait fort. C’est d’autant plus douteux que le fait d’appuyer sur un bouton toutes les 108 minutes est une tâche qui pourrait être facilement automatisée. Cela montre bien que la station 3 sert désormais d’outil pour étudier le comportement humain dans un environnement particulier, et qui selon le behaviorisme, en est le facteur déterminant. Le destin de l’île ne dépend pas des survivants, c’est le destin des survivants qui dépend de l’île !

Ainsi, d’un côté de l’île, une utopie sociale est expérimentée sur des sujets dociles ou préalablement conditionnées pour obéir, de façon à avoir un contrôle total sur le système social mis en place. Et de l’autre, des expériences du même tonneau sont menées sur des sujets non-conditionnés (autrement dit, conditionnés par leur expérience de vie passée), afin de voir s’il est possible de leur imposer des comportements irrationnels et donc d’exercer sur eux un contrôle, sans devoir préalablement conditionner ces sujets (en leur effaçant une partie de leur mémoire par exemple). C’est peut-être l’étape nécessaire avant de pouvoir imposer le même type de système social au monde réel ?

« Une technologie du comportement capable de résoudre nos problèmes en changeant le monde dans lequel les gens vivent, pose à son tour, des questions inquiétantes. Les hommes deviendront-ils des robots ? Ou des victimes ? Ou des spectateurs passifs ? Qui planifiera le meilleur des mondes de l’avenir ? Pouvons-nous compter sur la bienveillance du planificateur, ou une technologie du comportement débouchera-t-elle inévitablement sur une nouvelle forme de tyrannie ? » (Par delà la liberté et la dignité, B.F. Skinner)

L’objectif de la fondation Hanso serait de devenir le « planificateur » de l’utopie sociale dont parle B.F. Skinner. Ils tentent de mettre au point une « technologie du comportement » qui leur permettrait de faire des hommes des « spectateurs passifs » de leur propre existence, et prendraient ainsi le contrôle du monde. Ca reste une hypothèse un peu farfelue ceci dit. Mais quoi qu’il en soit, les moyens utilisés dans le cadre de cette expérience semblent assez radicaux.

Les découvertes faites par l’initiative Dharma pourraient bien être l’un des moyens radicaux utilisés par la fondation Hanso. Cela pourrait par exemple expliquer l’un des événements les plus importants de la série : le crash du vol 815 !

D’abord, il me paraît clair que le crash du vol 815 n’est pas le fruit du hasard. Les probabilités pour qu’un avion se brise en deux en plein vol (trois en comptant le cockpit), et que les deux morceaux s’écrasent pile aux abords d’une plage, avec autant de survivants aux blessures superficielles, et en particulier sur cette île sont pratiquement nulles. Les scénaristes le confirment eux-mêmes :

« The plane did not crash by accident. It crashed for a very specific reason. » - Lindelof.

Ce crash a donc probablement été provoqué par une intervention non-naturelle. Certains disent que le crash n’a pas réellement eu lieu et que les morceaux de l’avion et les survivants ont été préalablement disséminés sur l’île. Mais d’après les producteurs de la série, tous les événements qui sont montrés se sont réellement passés.

Le crash du vol 815 est donc peut-être lié aux découvertes faites par l’initiative Dharma. Et ceux qui contrôlent désormais les expériences pourraient avoir mis en oeuvre les moyens nécessaires pour « amener » l’avion sur l’île. C’est plutôt difficile à croire, mais quand on y réfléchit, ça reste quand même un excellent moyen d’amener de force des gens extérieurs sur l’île sans qu’ils le sachent et sans devoir rentrer en contact avec le monde extérieur et donc en évitant tout risque que l’île et ses expériences soient découverts.

Les passagers du vol 815 ont donc été amenés sur l’île afin devenir les nouveaux sujets des expériences menées par la fondation Hanso. Ceci dit, la thèse du simple accident reste quand même la plus probable scénaristiquement parlant. Mais je vais quand même faire la supposition que les survivants ont été amenés sur l’île.

En ce qui concerne les survivants de l’arrière de l’appareil, on sait plus ou moins pourquoi ils ont été amenés sur l’île. La majorité d’entre eux ont sans doute été enlevés pour devenir les nouveaux cobayes de l’utopie sociale préalablement mise en place sur l’île.

Au passage, on peut dès lors identifier ceux qu’on appelle les « others » ou les « autres ». D’après moi, il y a parmi eux deux groupes de personnes :

- Ceux qui mènent les expériences : des membres du groupe Dharma (ou plutôt, de la fondation Hanso si mon hypothèse est exacte), dont des scientifiques, des subalternes qui travaillent pour eux, dont Ethan et Goodwin qui se sont infiltrés parmi les survivants du crash pour dresser une liste de personnes à enlever pour pouvoir les soumettre aux expériences, ainsi que les personnes qui ont enlevé Walt.

- Ceux qui subissent les expériences : il s’agit de personnes (en majorité jeunes, voire des enfants) qui ont fait l’objet d’un enlèvement dans un passé proche (des survivants de l’arrière de l’appareil) ou lointain. Ils sont enlevés puis conditionnés pour obéir à des ordres (comme celui d’enlever d’autres personnes par exemple), d’où l’intérêt d’enlever des enfants, innofensifs et plus facilement modelables à l’image de « l’humain parfaitement efficace » dans l’utopie sociale préconisée par les idées béhavioristes de Dharma, privé de sa liberté d’agir et de décider par lui-même car néfastes pour la survie de l’humanité.

En ce qui concerne les survivants de l’avant de l’appareil, c’est forcément moins évident puisque l’intrigue de la série est centrée sur eux. Je pense qu’ils sont eux-aussi soumis ou destinés à être soumis à des expériences, mais dont on ne connaît pas encore la nature exacte.

D’après ce qu’on a pû voir, seule Claire (et son bébé bien sûr) a fait l’objet d’un enlèvement similaire à ceux ayant eu lieu de l’autre côté de l’île. Ethan a infiltré le groupe dans le seul but d’enlever Claire et son bébé, et d’en faire de nouveaux sujets d’étude dans le cadre de l’utopie sociale mise en place de l’autre côté de l’île.

Concernant Walt, il est clair qu’il constitue un sujet psychologique précieux, étant donné les événements étranges qui se produisent en sa présence. La fondation Hanso cherche sans doute à expliquer ces événements ou à prouver l’existence d’un « lien psychique » entre Walt et ceux-ci. Si l’existence d’un lien psychique pouvait être prouvée, la fondation Hanso pourrait utiliser Walt pour pouvoir prédire ou provoquer des événements déterminés à l’avance.

Pour ce qui est des autres survivants de l’arrière de l’appareil, le mystère reste entier. On ne sait pas encore pourquoi ils ont été amenés sur l’île, mais à mon avis, leur présence sur l’île a un lien évident avec leur passé, d’où les nombreux flashbacks qu’on peut voir dans la série. Ces flashbacks permettent bien sûr de mieux connaître chaque personnage en montrant des événements déterminants de leur vie, mais ce qu’il est important de remarquer, c’est que ces événements déterminants sont directement liés avec leur présence dans l’avion :

Jack : l’événement déterminant de sa vie : le conflit avec son père et la mort de celui-ci. La cause de sa présence dans l’avion : il rappatriait le corps de son père.

Kate : l’événement déterminant de sa vie : l’assassinat de son père et le reste de son lourd passé lié aux nombreux crimes et délits qu’elle a commis. La cause de sa présence dans l’avion : elle se faisait rappatrier par un marshal suite à son arrestation.

Locke : l’événement déterminant de sa vie : son infirmité. La cause de sa présence dans l’avion : il décide de faire un safari en Australie, mais est refusé à cause de son infirmité et doit alors rentrer à Los Angeles.

Boone et Shannon : l’événement déterminant de leur vie : la mort de leur père. Cet événement les rapproche, et il s’installe entre eux une relation ambiguë demi-frère/demi-sœur. Ils rentrent à Los Angeles suite au piège qu’à tendu Shannon à Boone pour soutirer de l’argent à la mère de celui-ci.

Claire : l’événement déterminant de sa vie : sa grossesse et le départ de son compagnon. La cause de sa présence dans l’avion : elle embarque suite au harcèlement d’un médium qui insiste mystérieusement pour qu’elle élève seule son enfant.

Michael et Walt : l’événement déterminant de leur vie : les dix ans de privation de son fils pour Michael, et la mort de sa mère pour Walt. La cause de leur présence dans l’avion : Michael ramenait Walt avec lui, car son père adoptif ne voulait pas l’élever à cause des événements étranges apparement liés à sa présence.

Jin et Sun : l’événement déterminant de leur vie : l’animosité qui survient dans leur couple lorsque Jin décide de travailler pour l’organisation mafieuse du père de Sun. La cause de leur présence dans l’avion : ils prennent l’avion pour fuir cette organisation.

Charlie : l’événement déterminant de sa vie : sa dépendance à la drogue et la dissolution de son groupe. La cause de sa présence dans l’avion : il se rend chez son frère pour lui demander de réintégrer le groupe mais rentre bredouille.

Sawyer : l’événement déterminant de sa vie : la mort de ses parents. La cause de sa présence dans l’avion : il se rend en Australie afin de tuer l’homme qu’il croit responsable de la mort de ses parents, puis rentre aux Etats-Unis suite à des ennuis avec la justice.

De plus, au fur et à mesure des épisodes, des liens troublants se dessinent entre les personnages. Les exemples sont nombreux, mais le plus frappant c’est l’accident de voiture entre le père de Shannon et la future femme de Jack. Il semblerait que le destin de chacun des survivants soit étrangement lié. Ces liens ont peut-être une importance cruciale pour comprendre pourquoi eux ont été « choisis » et pas d’autres. Et je suis prêt à parier que d’autres liens apparaîtront dans les prochains flashbacks. Plus d’infos sur les liens entre les personnages :

http://tviv.org/wiki/Lost/Character_Connections

En tout cas, d’une manière générale, il me paraît clair que les survivants du crash sont les sujets d’une expérience, et que leur passé (et les connexions qui existent entre celui de chacun) est un élément-clé pour celles-ci. A mon avis, il s’agit toujours et encore d’expériences de type behavioristes destinées à mettre au point une science du comportement, en étudiant le lien entre le passé des survivants et leur comportement sur l’île.

Ceci dit, pour pouvoir observer le comportement des survivants, il faudrait que ceux qui mènent les expériences puissent observer les moindres faits et gestes des survivants, et je pense que c’est bien le cas ! Au moment-même où Locke et Mr. Eko visionnent la partie manquante du film « Orientation » (interdisant d’utiliser l’ordinateur pour communiquer avec le monde extérieur) et que Michael examine l’ordinateur dans la station 3, un « Hello ? » apparaît à l’écran ! Je ne pense pas que c’est une coïncidence, je pense que les survivants sont observés d’une manière ou d’une autre. Les retranscriptions des chuchottements dans la jungle vont d’ailleurs dans ce sens :

http://www.lostlinks.net/whispers.htm

Autres questions/hypothèses

De nombreuses questions restent sans réponse :

Les chiffres : je pense que les chiffres font partie des mystères inexplicables de la série. Ces chiffres apparaîssent n’importe où et n’importe quand, mais il n’y a pas de cohérence entre ces apparitions. Je pense qu’on ne pourra pas expliquer comment Hurley a pû gagner à la lotterie en les utilisant et pourquoi il est depuis victime d’une sorte de malédiction. Je pense que c’est juste un truc que les scénaristes utilisent pour créer un mystère et alimenter l’intrigue de la série. A la question « que signifient les chiffres ? », Damon Lindelof répond lui-même :

« I think that that question will never, ever be answered. I couldn’t possibly imagine [how we would answer that question]. We will see more ramifications of the numbers and more usage of the numbers, but it boggles my mind when people ask me, What do the numbers mean ? »

Le monstre : tout ce qu’on sait pour le moment, c’est qu’il est probablement mécanique et qu’il se déplace sous-terre, déracinant les arbres sur son passage. Il s’agit peut-être d’un système de sécurité destiné à protéger certaines zones de l’île (d’après Rousseau) en dissuadant les survivants de s’y aventurer. On en saura plus dans les prochains épisodes.

Les hallucinations et les rêves : il semble que les visions ou les rêves sont assez récurrents. Soit ils font partie des mystères inexplicables de la série, soit certaines de ces visions ou rêves sont provoquées par un élément extérieur. On peut noter que ces visions sont souvent liées au passé de certains survivants : le père de Jack, le cheval de Kate, la chaise roulante de Locke, etc…

Les pouvoirs de Walt : il est indéniable que Walt a des pouvoirs, notamment divinatoires. Dans un épisode, Locke lui prend le bras et Walt réagit violemment en disant « Ne l’ouvrez pas ! » en parlant d’une trappe dont il ignorait vraissemblablement l’existence. Je pense que ça fait également partie des éléments inexplicables de la série. Tout comme le pouvoir maudit des chiffres.

Les ours polaires : leur présence est probablement liée aux expériences en zoologie (on en voit dans le film « Orientation » au moment où ils citent la zoologie). Ils ont probablement été amenés sur l’île afin d’en étudier le comportement dans un milieu naturel totalement différent de leur milieu d’origine. Dans ce contexte, je ne pense pas que Walt ait pû matérialiser ces ours comme certains le pensent, même s’il semble que ce dernier ait réellement des pouvoirs.

Le Black Rock : selon Locke, il s’agirait d’un bateau d’esclaves provenant du Mozambique. Selon d’autres personnes, il s’agirait d’un bateau contenant des bagnards envoyés en Australie (plus probable pour des raisons historiques et géographiques). Il est possible que le navire se soit échoué si loin à l’intérieur des terres à cause d’un typhon ou d’un tsunami. Certains émettent également l’hypothèse que des descendants de l’équipage de ce bateau soient encore présents sur l’île.

Concernant Desmond : son bateau s’est écrasé sur le récif de l’île. D’après moi, il a été amené volontairement sur l’île tout comme l’avion. Juste après son naufrage, un certain Kelvin sort de la jungle et entraîne Desmond dans la station. Il attendra près de trois ans une relève qui arrivera enfin en la personne de nos survivants.

Concernant Rousseau : il semble que son bateau se soit écrasé sur le récif tout comme le bateau de Desmond. A ceci près que c’est un signal radio émettant les chiffres en boucle qui a attiré le bateau vers l’île. Son enfant (Alex) a probablement lui-aussi été enlevé pour intégrer l’utopie sociale mise en place sur l’île. Par contre, on ne connaît toujours pas la raison pour laquelle est a tué le reste de son équipage, apparement contaminé par une mystérieuse maladie.

Le Beechraft : il appartiendrait à des trafiquants d’héroïne en provenance du Nigeria. Son crash serait probablement accidentel, mais il me conforte quand même dans l’idée que les bateaux ou les avions environnants sont attirés sur l’île par un élément extérieur qu’on découvrira par la suite. Il semble également qu’il existe un lien entre Mr. Eko et cet avion.

Résumé

Les survivants du crash du vol 815 ont été amenés sur l’île pour être les sujets (parmi d’autres) d’une expérience visant à étudier le comportement humain. Cette expérience est menée sur l’île par la fondation Hanso, qui utilise l’initiative Dharma comme façade pour en justifier la nature philantropique. Cette expérience est essentiellement basée sur les principes du comportementalisme (ou « behaviorisme ») et a pour but de mettre au point une science appliquée du comportement humain, en expérimentant d’une part, une société utopique dépourvue de liberté humaine, et la cohésion sociale d’un groupe de personnes dont le passé de chacun est étroitement lié à celui des autres d’autre part...

Sources

La fondation Hanso :
http://www.thehansofoundation.org

Behaviorisme :
« Par delà la liberté et la dignité » (B.F. Skinner), 1971
« Walden 2 - communauté expérimentale » (B.F. Skinner), 1952
http://wwwens.uqac.ca/ pminier/act1/behavio.htm
http://edelassus.free.fr/courspsy2/node20.html
http://www.ibe.unesco.org/international/Publications/Thinkers/ThinkersPdf/skinnerf.pdf
http://fr.wikipedia.org/wiki/Burrhus_F._Skinner

Hindouisme :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Hindouisme

Eugénisme :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Eug%C3%A9nisme

Informations sur Lost :
http://www.lostlinks.net/
http://boogadave.free.fr/LOST/

 
 
Auteur(s) de la théorie : SlipKo ?n

 

Vous souhaitez réagir ou participer à l'élaboration de cette théorie ?

Rendez-vous sur le forum dédié à cette théorie